Oliver Grau 24 novembre 2015 -18h-20h

Mis en avant

Oliver Grau, “DIGITAL  ARTS  COMPLEX  EXPRESSION. MediaArtHistories and its Impact on Democracy, Archives and Humanities”

Résumé
Dans la tradition humaniste, l’Art numérique a la capacité unique de répondre aux défis numériques de nos temps complexes au sein du médium même qui les façonne, alors que les médias artistiques traditionnels offrent principalement des approches métaphoriques. Ainsi, l’Art numérique est la forme artistique avec le plus haut potentiel de visualisation de nos sociétés de l’information, avec la capacité d’aborder la mondialisation, les médias et la révolution de l’image, les crises écologiques, la surveillance, la virtualisation de la finance mondiale, les normes sociales et esthétiques qui concernent le corps humain.

Par rapport à l’archéologie des médias, la discipline MediaArtHistories compare également le contenu, se concentre sur l’imagerie, sa relation, ses contextes et son évolution. Tout comme l’histoire de l’art qui a toujours été informé par les technologies médiatiques disponibles, les sociétés post-industrielles ont besoin des arts numériques basés sur les dispositifs médiatiques contemporains afin de réfléchir sur les défis actuels et futurs.

Biographie
Oliver Grau est titulaire du premier professorat en “Sciences de l’image” dans l’espace germanophone, et dirige le Center of Image Science à la Donau Universität de Krems. Historien et théoricien des médias, spécialiste des sciences de l’image, de la communication visuelle dans les arts modernes et multimédias, de la culture artistique au XIXe siècle ainsi que de la Renaissance italienne, il a notamment publié “Virtual Art. From Illusion to Immersion” (2003), “MediaArtHistories” (2007) et “Imagery in the 21st Century” (2011).

 

24 novembre 2015 -18h-20h
Galerie Colbert
Salle Giorgio Vasari
Institut national d’histoire de l’art
entrée libre

Accès

2, rue Vivienne
75002 Paris

 

Qu’est-ce que le numérique fait au visuel ? 27 novembre

Qu’est-ce que le numérique fait au visuel ?

9e séance du séminaire « Archéologie des médias et histoire de l’art »

 

Lisa Gitelman, “A Media History of Word vs. Image”
Cette communication porte sur la lutte pérenne entre les signes linguistiques et picturaux à travers l’angle de l’histoire des médias. Plutôt qu’insister sur les différences essentielles entre les mots et les images, on prendra en considération les apports technologiques propres à la reproduction et la transmission de chacun, en s’appuyant en particulier sur une version récente de “Moby Dick” en emoji : “Emoji Dick”.

Jacob Gaboury, “The Computer is Not a Visual Medium”
L’écran de l’ordinateur est présent dans la plupart des médias visuels contemporains. Il est ce qui rend possible l’image qu’il montre ; il est conçu pour passer inaperçu, pour se soustraire à la vision. Alors que de nombreux domaines considèrent ce qui est affiché sur l’écran – son importance culturelle ou historique – nous nous penchons rarement sur la matérialité de l’écran lui-même. Cette présentation se veut une archéologie de l’écran de l’ordinateur afin de démontrer les différentes manières dont l’histoire de la technologie écranique transforme radicalement notre expérience des images numériques. Ce faisant, on s’interrogera sur ce que cela signifie de produire une archéologie du présent, et pourquoi les images numériques sont à la fois omniprésentes et invisibles dans l’histoire de l’art.

Biographies
Lisa Gitelman est professeur de l’histoire des médias à la Chair du Département de Media, Culture and Communication de l’université de New York. Historienne des médias, ses recherches portent sur l’histoire du livre aux États-Unis, les techniques d’inscription et les nouveaux médias d’hier et d’aujourd’hui. Elle a récemment publié “Paper Knowledge. Toward A Media History of Documents” (Duke University Press 2014) et “Always Already New: Media, History, and the Data of Culture” (MIT Press 2006).

Jacob Gaboury est professeur assistant en Digital Media & Visual Culture au Département de Cultural Analysis and Theory de l’université Stony Brook (New York). Ses recherches portent sur la culture visuelle numérique, la théorie queer et l’archéologie des médias. Il travaille actuellement à “Image Objects”, un livre qui offre une archéologie des médias du début de l’infographie et de la visualisation en 3D pendant les années 60 et 70. “On Uncomputable Numbers” est le titre provisoire de son deuxième projet qui vise à élaborer une théorie queer de l’informatique.

27 novembre 2015 -10h-13h30
Galerie Colbert
Salle Walter Benjamin
Institut national d’histoire de l’art
entrée libre

Accès

2, rue Vivienne
75002 Paris