Bibliographie

Bibliographie non-exhaustive d’ouvrages en français autour de l’archéologie des médias

ALMEIDA, Fabrice d’, DELPORTE, Christian, Histoire des médias en France : de la Grande Guerre à nos jours, Paris, Flammarion, 2010.

« Tous les indices concordent: nous entrons dans le siècle de l’information. » Parue sous la plume du journaliste Auguste de Chambure en 1914, la formule a des allures de prophétie tant l’omniprésence des médias frappe, un siècle plus tard, l’observateur le moins averti. Quelle a été la genèse du  » paysage médiatique  » dans lequel nous baignons? Quels bouleversements techniques, économiques, mais aussi sociaux et culturels, ont contribué à le façonner? Prenant en considération tous les médias – la presse, la radio, la télévision bien sûr, mais aussi le cinéma, les affiches, Internet Fabrice d’Almeida et Christian Delporte en retracent l’histoire. S’interrogeant sur la notion de culture médiatique, ils offrent des clés précieuses pour comprendre l’évolution qui a conduit, en quelques décennies, du Petit Journal à Twitter et de la TSF à « Qui veut gagner des millions? ». »

BERTON, Mireille, WEBER, Anne-Katrin (éds.), La Télévision du Téléphonoscope à YouTube. Pour une archéologie de l’audiovision, Lausanne, Antipodes, 2009.

« Si la télévision a souvent été étudiée dans son contenu ou en tant que médium de masse, elle a plus rarement été l’objet d’une histoire de ses dispositifs, compris en tant qu’agencements entre une représentation, un appareillage et un (télé)spectateur. Réunissant des contributions de spécialistes des études télévisuelles et cinématographiques, cet ouvrage propose de parcourir l’histoire de certains dispositifs télé-visuels fonctionnant sur le principe générique d’une transmission à distance de données, d’images ou de sons. »

GUEZ, Emmanuel (dir.), « Archéologie des média », numéro spécial de la revue MCD, n°75, Paris, 2014.

« L’archéologie des média est quasiment inconnue en France, bien qu’elle ait plus de vingt d’existence. Pourtant, elle a produit (et continue de produire) des effets majeurs dans le champ de la création, de l’exposition, de la médiation, de la conservation et de la théorisation des œuvres médiatiques et numériques. Héritant d’esprits indisciplinés de Marshall McLuhan, de Michel Foucault et de Friedrich Kittler, l’archéologie des média est multiple, inter- et a-disciplinaire. Le numéro MCD #75 sera à son image. Pour la première fois, MCD confie la direction d’un numéro à une école d’art. Au croisement de la création et de la conservation-restauration, l’École Supérieure d’Art d’Avignon, et en particulier le laboratoire PAMAL (Preservation, Archaeology, Media Art Lab), entre en dialogue, dans un esprit de questionnement et de diversité, avec ce courant atypique de la pensée d’aujourd’hui, qui interroge principalement la temporalité et la matérialité des média. »

KITTLER, Friedrich, RIEBER Audrey (trad.), Médias optiques. Cours Berlinois 1999, Paris, L’Harmattan, 2015.

« Le projet kittlérien d’expulser l’esprit des sciences humaines est ici appliqué au domaine des images, dont il s’agit de dégager l’a priori média-technique. Il en résulte une relecture historique et systématique du domaine du visible qui analyse de manière originale et parfois provocante le passage des beaux-arts (peinture, littérature), aux médias optiques (photographie, cinéma, télévision) puis au médium de tous les médias qu’est l’ordinateur. »

KITTLER, Friedrich A., VILGRAIN, Bénédicte (trad.), 1900 mode d’emploi, Courbevoie, Théâtre typographique, 2010.

« 1900 Mode d’emploi est un recueil de textes de Friedrich A. Kittler, choisis et traduits par Bénédicte Vilgrain : Le Testament de Dracula (ou : une contribution de la machine à écrire à la réinsertion des femmes dans le monde culturel). Rébus (ou : une contribution du gramophone au dispositif de décryptage freudien). Une Histoire de double (ou comment l’invention du film déplace la tradition romantique du Doppelgänger). »

KITTLER, Friedrich, GUEZ, Emmanuel et VARGOZ, Frédérique (éds.), Mode protégé, Dijon, Les presses du réel, 2015.

« Sommes-nous encore maîtres de nos machines d’écriture ? Que se joue-t-il derrière la distinction entre le hardware et le software ? Dans les deux conférences Le logiciel n’existe pas (1991) et Mode protégé (1993), publiées ici pour la première fois en français, un des pères fondateurs de la théorie des médias allemande Friedrich Kittler (1943-2011) interroge la mainmise de l’industrie du logiciel sur nos usages des ordinateurs et nous invite à une stimulante relecture du matérialisme. »

MANOVITCH, Lev, Le langage des nouveaux médias, Dijon, les Presses du réel, 2010.

« Il est tout bonnement difficile d’écrire sur les nouveaux médias, ou d’en dire quelque chose d’utile, en raison de leur nouveauté même. La plupart des auteurs tombent généralement dans la futurologie ou s’enlisent dans une théorie sans fondement. Cela rend ce livre de Lev Manovich d’autant plus inhabituel et important. Il contient en effet la première analyse détaillée et globale de l’esthétique des nouveaux médias qu’il replace dans l’histoire de la culture visuelle, montrant ce qui les rattache à des formes d’expression plus anciennes et ce qui les en différencie. Retraçant l’origine de leur esthétique dans la peinture, la photographie, le cinéma et la télévision, Manovich examine l’imagerie numérique, l’interface homme-machine, les hypermédias, les jeux vidéo, la composition, l’animation, la téléprésence et les mondes virtuels. Il s’inspire à cette fin, de manière éclectique et inventive, de la théorie du cinéma, de la théorie littéraire et de la sociologie. Et, chose tout aussi importante, il met à profit l’expérience accumulée par son travail en technologie des nouveaux médias et en science informatique pour exposer les principes fondamentaux qui distinguent les nouveaux médias des anciens. Son analyse propose des lectures circonstanciées d’objets bien précis choisis dans l’art et dans la culture populaire. Les chapitres qui suivent, qui attestent une profondeur de vue et une compétence exceptionnelles, intéresseront non seulement les universitaires, mais également les artistes et les concepteurs qui cherchent à mieux comprendre l’histoire et la théorie de leur pratique. »

MCLUHAN, Marshall, Pour comprendre les média : les prolongements technologiques de l’homme, Paris, Seuil, 1968.

« Le fait essentiel de la communication, c’est la communication elle-même et ses  » média  » (langage, argent, imprimé, mode, télévision ou cybernétique), plutôt que le message communiqué. Le  » message « , c’est-à-dire le contenu de la communication, n’est qu’un leurre qui détourne l’attention pendant que le  » médium  » exerce une action d’autant plus profonde qu’elle nous échappe. Cet ouvrage analyse d’une façon intuitive et parfois familière la nature des technologies qui constituent notre  » environnement  » ; elles sont les prolongements de nos organes physiques et de notre système nerveux, destinés à en accroître la force et la rapidité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *