À propos

Archéologie des médias et histoire de l’art

Le champ de recherche connu en anglais sous le nom de « media archaeology » et en allemand sous celui de « Medienarchäologie » s’est imposé ces dernières années comme un des plus stimulants et des plus féconds pour ce qui concerne la théorie, l’histoire et l’esthétique des médias, et ce notamment dans le cadre des études cinématographiques et audiovisuelles. Les « médias » sont ici envisagés non seulement comme moyens de communication de masse (les « mass-media »), mais surtout comme formes de médiation matérielle et technique. Les travaux dans ce domaine – dont beaucoup, non traduits, restent peu diffusés en France – font référence au modèle épistémologique de l’archéologie dans toutes ses variantes (de la fouille à la « description de l’archive » foucaldienne) afin d’étudier la perception, la représentation, la mémorisation et la transmission dans leurs aspects historico-techniques. Le double objectif de « Archéologie des médias et histoire de l’art » est, d’un côté, de rassembler certains des protagonistes, tant au niveau français qu’international, de ce domaine de recherche, et, de l’autre, d’en analyser les rapports avec l’histoire de l’art. Il s’agira de réfléchir sur la façon dont l’histoire de l’art a servi de modèle pour certains travaux menés dans ce cadre, et également à la manière dont cette approche permet d’ouvrir de nouvelles perspectives à l’intérieur de l’histoire de l’art elle-même. Il conviendra aussi d’aborder des œuvres d’art contemporain qui se présentent comme une forme d’archéologie des médias et en même temps de situer l’art dit des « nouveaux médias » dans une généalogie plus longue.

Diffusion et mise en valeur d’informations scientifiques, à partir du séminaire « Archéologie des médias et histoire de l’art », Séminaire de recherche du programme ‘Art Contemporain et Cinéma’, à l’Institut national d’histoire de l’art, Paris, organisé par :

Larisa Dryasnky (INHA/Université Paris-Sorbonne)

Antonio Somaini (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Riccardo Venturi (INHA, rédacteur en chef du carnet de recherche)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *